Je suis … abattu

Depuis mercredi, je pleure l’assassinat de quelques uns des esprits les plus libres de ce pays. Ils avaient un courage que je n’ai pas et ils sont « morts pour des idées », hélas, pas de mort lente.

L'hommage de Robert Crumb

Comme Jeannette Bougrab, la compagne de Charb, entendue dans un poignant témoignage, je ne me réjouis pas de voir la France debout et mobilisée. Oui, nous vivons un — malgré tout – beau moment de catharsis, mais qu’en restera-t-il, passée l’émotion ?

Qu’arrivera-t-il si nous ne nous interrogeons pas tous sur notre part de responsabilité dans la folie de ce monde ? Sur les valeurs que nous transmettons à nos enfants ? (Une anecdote… si significative : ma fille de 12 ans, échangeant sur les réseaux sociaux sur la théorie de l’évolution, se fait insulter « tu es trop con de ne pas croire en dieu » (sic))  Sur la répartition des richesses ? Sur la détresse qui fait le terreau des extrémismes ? Sur la gestion des relations géopolitiques ? etc.

Le problème est d’une effrayante complexité et aucun slogan simpliste n’en aura la peau.

Je vous invite à découvrir, si vous ne l’avez pas lu, cette formidable « Lettre ouverte au monde musulman » d’Abdennour Bidar, un philosophe spécialiste des évolutions contemporaines de l’islam et des théories de la sécularisation et post-sécularisation, paru sur l’édition québécoise du Huffingtonpost.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *