Politique ne rime pas toujours avec éthique

À Colombes, l’ancienne majorité avait donné un sacré coup de jeune au site Internet de la le site de la mairie et avait accompagné ce lifting de la mise en place d’une newsletter d’information à laquelle je me suis abonné (on y trouve, par exemple, les menus des cantines scolaires ce qui permet par exemple de veiller à équilibrer les menus du foyer). Comme je ne suis pas la moitié d’un geek, je me suis également abonné aux flux RSS pour recevoir quasi en temps réel diverses informations1.

Le 7 avril était publiée une « lettre ouverte du maire » consacrée à la coupe sombre et brutale des subventions à la MJC pour défendre ce projet. Que la mairie défende ses projets et en face la publicité au travers de ses organes d’information, cela me paraît « de bonne guerre ». Là où « not’ bon maire » dépasse largement la frontière de l’éthique, c’est lorsqu’elle profite de cette tribune pour cogner sur l’opposition, sans la moindre place, évidemment, pour un éventuel droit de réponse. Ça n’est hélas pas très surprenant, compte tenu des précédents de Mme Goueta. Ça n’en reste pas moins affligeant.

* * *

Pour se faire un avis plus nuancé sur la réalité de la situation, vous pouvez lire cet article du Bondyblog ou ce bref reportage du Parisien. Mon avis est un peu plus radical, je pense que la municipalité cogne sur la culture, surtout étiquetée « PCF », bref, applique une politique de droite intolérante en se drapant dans les oripeaux de la rigueur économique.

P.S. (Post Scriptum, NDLR) : L’association La Lumière de Colombes est une autre association victime des arbitrages de la droite. Quelques informations sur le site du P.S. (Parti Socialiste, NDLR).

P.S. 2 : j’allais oublier l’excellente intervention de Chantal Barthélémy-Ruiz au conseil municipal, qui en connaît un rayon puisque c’est elle qui avait la délégation aux associations sous la précédente mandature (on notera au passage la différence de conception de l’éthique en politique entre les deux mandatures… Dommage que nos concitoyens soient, pour la majorité, si peu sensible à ce critère de sélection quand ils votent).

  1. Pour l’anecdote, j’utilise Feedly comme agrégateur de flux. []

F[r]êche

Cher (et rare – j’entends par là : précieux, évidemment !) lecteur, tu me reprocheras avec raison la rareté de mes interventions ici. Déjà à sa création, le rythme n’était pas très soutenu, mais là, ça bat des records. Je ne peux que plaider coupable. J’avance au jury, comme circonstance atténuante, le fait que j’ai démarré en janvier un nouveau boulot qui absorbe beaucoup de mon énergie.

Je ne romps pas le silence pour vous présenter mes excuses mais quelques pensées en vrac inspirées par le cas « Frêche » en Septimanie Languedoc-Roussillon.

  • L’héritage Hollande (encore !) : combien de dérapages faut-il pour « raisonnablement » (?) exclure un membre du parti ? Frêche est un multi-récidiviste, et on se souvient que c’est sous le règne de François Hollande que le premier rappel à l’ordre a tant tardé à sonner.
  • Ça n’est pas qu’une histoire de discipline de parti, encore moins d’un affrontement Paris versus le reste de la France (comme on l’entend dans les médias). Faut-il être parigo (tête de veau) pour trouver déplaisants les propos de Frêche sur les Harkis ? J’ose espérer que non. Preuve en est d’ailleurs que, localement, les habituels partis alliés du PS ont refusé l’alliance avec Frêche.
  • Un homme politique ne se mesure pas qu’à l’aune des réformes qu’il entreprend. Le bilan est globalement bon (ce qui explique d’ailleurs une nette avance dans les intentions de vote), mais faut-il, pour l’atteindre, des méthodes autocratiques (qui sont le principal travers de Frêche, car c’est un système permanent alors que ses propos créant la polémique restent – heureusement – occasionnels) et un caractère de cochon ?
  • Le PS, comme les autres partis d’élus, a du mal avec le renouvellement. Georges Frêche a 71 ans (rappelons-nous que le PS défend encore officiellement la retraite à 60 ans !), il est élu depuis plus de 33 ans. Pour le déboulonner (puisque c’est bien de ça qu’il s’agit), le PS met face à lui Hélène Mandroux, une femme (ahhh !) de … 69 ans (ohhhh…). Les « quadras » du PS qui voulaient botter le cul aux éléphants du parti sont désormais « quinquas » et, à mon avis, pas très bien partis aujourd’hui pour les effacer du paysage en 2012 (qui vivra verra).
  • Alliance avec les Verts : une occasion ratée ? Jusqu’où est prêt à aller le PS pour déboulonner son cacique septimaniaque ? Faire basculer la région à droite, sans doute. Partager la région avec les Verts, apparemment pas. (Faut dire que Jean-Louis Roumegas n’est pas des plus charismatiques — mais quand même, c’est un quadra, lui.) Nous verrons bien les résultats du premier tour, mais en partant séparément, les chances de passer au second pour une alliance de gauche sans Frêche sont minces comme du papier à cigarette.

* * *

Quelques infos sur l’élection 2010 en Languedoc-Roussillon sur le site Wikipédia.

Hadopi…teuse

J’aurais voulu vous dire ce que je pensais du projet de loi Hadopi (du mal, essentiellement !), de l’épisode gaguesque de son premier rejet au parlement grâce au petit coup de force du PS, qui n’aura fait que repousser un peu l’adoption de la loi (qui repasse aujourd’hui devant le parlement). On se souvient que la droite avait joué le même coup pendable à « la gauche plurielle » (– Souvenez-vous ! avec la voix de Michel Drucker) à l’occasion du PACS, finalement adopté (on notera au passage le contraste saisissant entre les projets sociétaux défendus par la gauche et la droite).

J’aurais voulu vous balancer une palanquée de liens permettant d’éclairer (si besoin était) votre jugement, sur tous les travers de cette loi :

  • qui, paradoxalement, accroît le sentiment d’impunité du téléchargeur illégal puisqu’il le met à l’abri (contrairement à la situation actuelle) de toute sanction tant qu’il n’a pas reçu le fameux courriel d’avertisssement ;
  • qui laisse craindre toutes les dérives liberticides par ce qu’elle implique en terme de surveillance du réseau ;
  • qui est en contradiction avec les directives européennes (« oui mais on veut la faire passer quand même, na ! ») et qui révèle, comme le dit Jules, l’impréparation de ceux qui la promeuvent ;
  • qui ne prévoit rien pour la rémunération des ayants droits (ce qui est quand même assez délirant, puisque c’est le cœur du problème !) au point qu’une pétition circule, lancée par certaines pointures du cinéma ;
  • bref, qui ne fera plaisir qu’au lobby des majors.

J’aurais voulu aussi vous dire pourquoi la license globale me paraissait la solution la plus pragmatique (même si on trouvera toujours des gens pour râler, il est clair qu’aucune solution n’est parfaite) à la fois en terme de libertés individuelles, d’adaptation aux usages constatés et à la conception d’Internet comme un espace a priori de liberté (ce qui n’interdit pas la règlementation) et non de flicage, et de rémunération des ayants droits (en prenant soin de n’oublier personne : musique, cinéma, jeux vidéos, …).

Mais je n’ai pas le temps.

Allez, encore un petit lien pour rire : chez Maître Éolas, à propos de quelques âneries lâchées par Besson (Luc, pas Éric).

Jouons aux Dames (et pas aux échecs !)

jeu de dames
jeu de dames

Duel féminin ce soir pour la tête du Parti Socialiste.

Hier soir, couché après minuit mais sans les résultats autres que locaux, je me retournais dans mon lit. Je vois le radio-réveil indiquer 00:59 et j’allume la radio. Au journal de 01:00, la journaliste de France Inter annonce que Ségolène Royal se dirige vers la victoire avec 45 % des voix…

Ma première réaction, c’est de me dire que, décidément, les médias donnent vraiment une information partielle, partiale, déformée, simplifiée, enfin bref… Je râle, quoi. Ce matin, au journal de 08:00 (le plus écouté de France, comme l’annonçait avec fierté l’équipe – et en tant qu’auditeur, j’avoue que j’apprécie la tranche 7-10 de la station), l’annonce est plus nuancée. Si l’on prend sa calculette et si l’on additionne les voix de Martine Aubry à celles de Benoît Hamon, ce devrait être Martine Aubry qui sera élue ce soir.

Évidemment, c’est moins simple que ça, la dynamique des reports n’étant jamais parfaitement prédictible (l’exemple en est donné avec les voix de la motion A qui ne se sont pas portées sur Martine Aubry sans quoi elle serait arrivée en tête et peut-être même avec une majorité absolue), l’issue du scrutin de ce soir n’est sûrement pas pliée.

J’ai essayé de trouver le score de Ségolène Royal dans les Bouches du Rhône : mais aucune information ne se trouve sur le site du PS. C’est par voix de presse qu’on en trouve. Apparemment, 69 % sur ce scrutin contre 73 % au vote du 6 novembre. J’avoue que les mécaniques d’appareil qui permettent d’avoir ce genre de score m’échappent un peu, et comme le faisait remarquer Philippe Sarre lors d’une récente réunion, à Colombes, le pluralisme s’exprime en toute liberté, et je suis fier et heureux de cet esprit d’équipe local qu’on voudrait retrouver aux niveaux fédéral et national. Ne soyons toutefois pas naïf, dès lors qu’il y a des enjeux de pouvoir – eh oui ! la politique, c’est ça ! – des rivalités surgissent, des ambitions s’affrontent, des tensions s’exacerbent. Ensuite, à chacun en son âme et conscience de choisir comment mener ces combats. À Colombes, au PS, chacun est loyal (on ne peut pas en dire autant de l’UMP). Je ne crois pas qu’au PS, nous soyons irréprochables plus qu’ailleurs, néanmoins, un certain nombre de règles (dont l’interdiction du vote par procuration) limite les errements.

J’en profite pour dire que le PS est souvent moqué dans les médias ou par ses opposants à l’occasion de ces élections (on avait eu droit au même son de cloche à l’époque de la désignation de notre candidat pour les élections présidentielles de 2007). N’empêche que ce que prouve ce coup de projecteur sur nos fonctionnements mais qui n’est pas assez dit, c’est la vraie démocratie interne qui règne au Parti Socialiste. L’UMP, sur ce sujet, pourrait en prendre de la graine.

J’espère que le choix des militants, ce soir, sera celui qui favorisera, selon moi, bien plus sûrement l’unité du PS. Nous avons devant nous la proche bataille des Européennes, et pour 2012 l’enjeu fort de mettre un terme à cette politique de casse des services publics (justice, prud’hommes, école, …) et d’injustice (sociale, fiscale, …). Les dégâts déjà causés seront, hélas, des dégâts assez durables.

N’en faites pas tout un Mister

[Je prie les 7 personnes, ainsi qu’aux 3 égarés de Google, qui constituent mon lectorat de bien vouloir m’excuser de la trop longue période de silence dans lesquelles je les ai laissées, avides qu’elles étaient, bien entendu, de lire ma prose.]

C’est le sujet dont bruisse actuellement le tout-Colombes.

Deux salves sur des différents blogs qui « comptent » : à droite chez Olivier Camps-Vacquer et chez Denis Butaye. Tandis qu’à gauche on observe plutôt un silence gêné, en se bornant à intervenir éventuellement dans les commentaires. Continuer la lecture de « N’en faites pas tout un Mister »

Halte à l’immobilisme

Voilà, ça fait déjà quelques semaines que la nouvelle équipe municipale est aux commandes à Colombes, et force est de constater que, concernant les dossiers les plus urgents, rien n’est encore fait.

J’en veux pour preuve cette édifiante photo prise le dimanche 27 avril vers 11 heures (constat d’huissier à l’appui) juste en face de la mairie (comme en atteste l’enseigne de l’échoppe La Brasserie de l’Hôtel de Ville que l’on aperçoit en arrière plan). Continuer la lecture de « Halte à l’immobilisme »