La chasse aux sorcières de Salem

Salem Belgourche, qui n’est pas le dernier à donner des leçons de probité, a une vision très particulière de la démocratie. Son blog est l’un des rares (dans la blogosphère colombienne tout du moins) à censurer férocement tous les commentaires qui ne vont pas dans son sens.

J’en avais déjà fait une fois l’expérience désagréable aux premières heures de son blog qui m’avait refroidi (oui, c’est très désagréable de faire un commentaire et de ne pas le voir publier) d’autant que je ne crois jamais être outrancier dans mes propos. Pour moi, les commentaires sont un endroit pour réagir.
J’ai voulu, à l’occasion d’un nouvel article pénible voir si les ciseaux du censeur étaient toujours aussi affutés. La réponse est malheureusement oui.

www.salem-belgourch.fr 2013-10-9
Ma tentative de commentaire, le 9 octobre
www.salem-belgourch.fr 2013-10-27
Aujourd’hui même, toujours aucun commentaire (j’ai bien évidemment vérifié : des commentaires plus récents que le mien ont été publiés, l’exercice de modération des commentaires a donc été fait).

À part un terrible manque de confiance en soi, je ne vois pas trop ce que ça peut cacher. S’il y a un domaine où la confrontation d’idées fait partie intégrante du paysage, c’est bien la politique. Salem, vous n’avez qu’à fermer les commentaires, ce sera plus clair et plus franc !

Pour paraphraser l’auteur et son inimitable outrance, je conclurai : « Pour moi, Salem Belgourche n’est plus pas un démocrate ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *